témoignage

Dézoomer pour contribuer

J’ai grandi avec l’idée que le monde et la vie étaient compris et expliqués par les intellectuels, les scientifiques, les savants.

Je prenais pour vérité toutes les théories enseignées.

Je prenais pour des idiots tout ceux qui croyaient en Dieu, qui cherchaient des réponses dans l’horoscope ou la numérologie.

Quand même, je me suis venue remettre ma chaine de baptême autour de mon cou quand j’ai eu une mauvaise passe à 17 ans, curieux.

Étudiante en sciences physiques, j’adorais le livre « Devenez sorciers, devenez savants ».

Tout de même, le prof de mécanique quantique nous a dit que nous ne faisions qu’apprendre des théories de moins en moins fausses depuis la classe de 2nde (souvenir pour l’atome de Bohr) mais pas vraies pour autant, juste admises ici et maintenant.

Ah oui,c’est pour cela qu’il y a des chercheurs… pour trouver la prochaine bonne théorie !

Je savais ce qui existait et ce qui n’existait pas, ce qui était possible et ce qui ne l’était pas, ce qui était vrai et ce qui était faux, en adéquation avec la science et l’athéisme avec lesquels j’ai grandi.

Ma grand-mère croyait en Dieu et en Jésus, pourtant, il me semble. Elle ne le disait pas trop car on se moquait de sa crédulité.

Et puis, cette première remise en cause : je suis qui moi pour savoir si ce climat se réchauffe ou non à cause de l’activité humaine ?

Quelle prétention après tout ! Et si je ne faisais qu’adhérer à une croyance sociétale ?

Alors ok, c’est parti je m’intéresse aussi à d’autres points de vue.

Ce fut le début du changement.

Le début du dézoomage !

Des rencontres et des livres sur mon chemin (voir mes posts instagram et FB #ceuxquimaident) me permettent d’ôter, par vagues de prise de conscience, mes croyances limitantes et d’envisager un monde bien plus magique, sensés et heureux.

Et c’est ce dézoomage ,aujourd’hui, qui m’a permis de dépasser les premiers jours de morosité de ce confinement. De dépasser les inquiétudes sur les différentes pollutions en cours et à venir, à l’extérieur et à l’intérieur de nos corps.

Je vois ce qui me parait incohérent.

Si je dézoome, je trouve la confiance, la foi, qu’il y a quelque chose de cohérent derrière.

C’est, en premier lieu, grâce à Lulumineuse que j’opère ce changement de point de vue et perçois le changement de paradigme.

Aujourd’hui, je choisis de nourrir la joie, l’amour.

Je choisis de faire tout mon possible pour rayonner l’amour.

Je lâche la peur, je lâche les pensées qui tournent en rond.

Je lâche les hypothèses.

Je me concentre sur la vision du monde auquel j’aspire, régi par l’amour.

J’apprends à m’écouter davantage, je sais que c’est là qu’il y a les véritables ressources pour me guider moi et les miens.

J’ai dans un premier temps relayer les infos sur la méditation mondiale. Tant mieux si cela permet des prises de conscience sur l’astrologie et la force de l’intention.

Je ne mettrai pas mon réveil à 4h45 dimanche 5 avril. Non pas que je ne méditerai pas. Je choisis de le faire dans mon sommeil, avec mon mental débranché.

La Terre n’a pas besoin de mon mental branché sur « la paix dans le monde ». Il a besoin de toute la lumière de mon être, et, en plein sommeil, libérée de mon mental, il me semble que je contribuerai davantage.

J’ai appris auprès de Lulumineuse que ce dont nous avons besoin avant tout pour aller vers un monde plus en paix, c’est de faire le ménage chacun à l’intérieur de nous, et choisir ce que l’on émet.

lulumineuse.com