Archives de catégorie : bébé

Pourquoi et comment j’accueille les pleurs de mon bébé

Pourquoi ?

  • C’est sa manière de s’exprimer, de faire sortir ses émotions.
  • Après avoir pleuré, mon bébé est apaisé.
  • Il évacue ainsi ce qui le stresse au quotidien et l’a stressé dans le passé, je ne sais pas quoi mais j’accueille. En même temps, je veille à ce qu’il vive dans un environnement le moins stressant possible.
  • Plus d’infos sur ce mécanisme d’évacuation dans le livre « Pleurs et colères des enfants et des bébés » d’Aletha Solter.

Quand ?

  • Quand ses besoins de base (tétées, rot, pipi/caca, chaleur et contact) sont assouvis et qu’il s’agite, met ses doigts à la bouche.

Comment ?

  • Je le mets sur mes genoux,
  • je le regarde,
  • je touche ses mains et/ou son visage,
  • je lui dis qu’il peut pleurer, que je l’écoute,
  • je dis quelques mots qui rassurent : je suis là pour toi, tu es en sécurité, je t’aime puis je me tais la plupart du temps d’écoute,
  • j’écoute ses pleurs jusqu’à ce qu’il s’endorme ou soit apaisé.

Remarques et conseils

  • Si les pleurs sont entendus au fur et à mesure, cela ne dure pas longtemps, s’ils ne le sont pas cela peut durer 2h.
  • Si les pleurs sont entendus en journée, vous éviterez une grosse décharge le soir ou la nuit.
  • Il est d’autant plus facile d’écouter sereinement les pleurs de son enfant si nous avons la compréhension de ce mécanisme physiologique et nécessaire d’évacuation et si nous sommes nous-mêmes « à jour » de notre besoin d’évacuation (des pleurs non évacués ou non écoutés de notre enfance notamment). S’il vous est difficile d’écouter les pleurs de votre enfant, voyez une belle occasion de commencer un thérapie ou au minimum de trouver une oreille expérimentée en écoute empathique.
  • Attention ! L’allaitement à la demande (que je pratique) et une mauvaise compréhension de ce besoin d’évacuation mènent à un sur-allaitement dans les moments où bébé a besoin de pleurer et non de téter (voir l’article sur l’allaitement à la demande).
  • Attention ! Le portage en écharpe (que je pratique) et une mauvaise compréhension de ce besoin d’évacuation mènent à porter le bébé pour qu’il s’endorme quand il a besoin de pleurer (voir l’article sur le portage).
  • La tétine et le doudou sont des interrupteurs qui permettent d’empêcher l’évacuation des pleurs et nuisent au développement de la vie émotionnelle du bébé.
  • Bébé cesse de sucer son pouce, de mordiller ses doigts dès qu’il est écouté.

 

 

Accoucher à la maison

J’ai accouché chez moi ce 4 septembre, voici ici mes motivations et satisfactions :

  • Je vis tout l’accouchement avec les mêmes personnes, que j’ai choisies, avec qui j’ai préparé l’accouchement, avec lesquelles j’ai un lien affectif : mon compagnon, une amie doula, une sage-femme.
  • Mon intimité est préservée tout du long, je suis dans ma bulle.
  • Je fais tout le bruit dont j’ai besoin.
  • J’accouche à mon rythme, sans la pression d’un protocole, je n’ai pas besoin de faire de la voiture et des formalités administratives.
  • Je choisis la pièce où j’accouche, je choisis la chaleur et la luminosité.
  • Aucun geste intrusif n’est fait sur moi pendant l’accouchement, pas de prise de sang, de cathéter, de monitoring, d’examen du col…
  • Je reçois quelques conseils justes, brefs, précis, je choisis mes positions, personne ne me dit quand et comment pousser.
  • Aucun geste intrusif n’est fait sur mon bébé, son papa le pose sur mon ventre, il n’est pas nettoyé, ausculté…
  • Je me sens en sécurité avec la sage-femme qui veille au bon déroulé et accomplit les gestes pour le bébé et moi quand c’est le bon moment pour nous. Je sais qu’une cas d’urgence, elle aurait fait les bons gestes et les bons choix.
  • Je ne suis pas tentée par la péridurale, je vis l’accouchement physiologiquement comme une évidence.
  • Après l’accouchement, ma bulle est toujours préservée et mon ainé nous rejoint.
  • Je mange et bois ce que je souhaite.

J’ai connu en 2014 un accouchement à la maternité. Je savoure aujourd’hui le bonheur d’avoir accouché chez moi.

Toutefois, je reconnais complétement l’importance et le savoir-faire des maternités pour les cas difficiles, pathologiques.

Je fais simplement le vœu que les femmes soient davantage conscientes de leur pouvoir, de leur autonomie, de leur capacité à accoucher. Nous ne sommes pas accouchées, nous accouchons.

Sincère et grand merci à toutes les sage-femmes et doulas qui  accompagnent les naissances à domicile.

Je conseille la lecture du livre d‘Ina May Gaskin « Le guide de la naissance naturelle ».